Cimetière de l'horreur - Venez, n'ayez point peur! Venez discuter de vos films d'horreur favoris et venez lire nos critiques et faire les votre ! 


Cimetière de l'horreur Index du Forum

 Se connecter pour vérifier ses messages privés 
 FAQ
   Rechercher   Membres   Profil         Connexion 
 
En EXCLU pour vous

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Cimetière de l'horreur Index du Forum -> La tombe -> Les contes de la crypte
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
u1ysse
Cadavre Frais
Cadavre Frais

Hors ligne

Inscrit le: 18 Nov 2008
Messages: 5
Localisation: cognac

MessagePosté le: Mar 18 Nov - 16:27 (2008)    Sujet du message: En EXCLU pour vous Répondre en citant

Bien sur il s'agit uniquement du chapitre numéro 2 de ma nouvelle (21 en tout) 
et c'est celui qui m'a le plus plu d'écrire. 
 
 
Alors bonne lecture.  
 
Chapitre 2 
        
Le géant me tient fermement par le poignet et me traine de force prés de sa voiture.  _ Michael, tu veux un bonbon ? me dit-il avec sa voix rauque.
Je ne sais pas pourquoi il m’appelle ainsi mais puisqu’il me propose un bonbon, je hoche la tête pour dire « oui ». Il s’arrête et fouille dans sa poche.
  _ Tiens. Qu’es ce qu’on dit ? Hé, je te parle.
L’homme se met à genou devant moi et pose une de ses mains sur mon épaule.
  _ Pourquoi tu ne dis rien, tu as perdu ta langue. Dis-moi quelques choses bordel. C’est moi, c’est papa.
Derrière l’homme, Papa arrive en courant.
  _ Hé, où es ce que vous emmener mon fils ? crie papa.
L’homme se met debout. Mon père et cet inconnu sont maintenant face à face. Papa est légèrement plus petit que l’homme. Cet avantage lui permet de lui mettre un coup de tête. Le géant est projeté sur le bitume avec le nez en sang. Papa se tourne vers moi.
  _ Regarde-moi, dit-il en se mettant à genou. Pourquoi tu es parti avec lui. Nous nous sommes inquiétés lorsque nous ne t’avons plus vue dans le cimetière.
Je baisse la tête.                  
  _ Écoute, me dit Papa en me serrant dans ses bras, je ne veux plus que tu suives des inconnus, tu as compris, plus jamais. Allez vient, on rentre a la maison.
 

Il me prend la main et nous parcourons quelques pas. Soudain, papa est brutalement projeté en avant. L’homme lui a sauté dessus. Papa chute sur le ventre. Il attrape les cheveux de mon père et lui fracasse le crâne sur le goudron. Une mare de sang se forme sur la route.
  _ Désolé, maintenant ce n’est plus ton fils, dit-il après avoir retourné le corps.
Paniqué, je me mets à courir aussi vite que je peux vers maman et Caroline.
  _ Resté derrière moi les enfants, il ne va rien vous arriver, certifie maman en cherchant les clés de la voiture dans son sac.
 

Au loin, le géant fouille, lui aussi, dans les poches du pantalon de papa. Il s’approche en faisant tourner le trousseau de clé autour de son index.
  _ Montez dans ma voiture ! déclare le meurtrier.
  _ Pourquoi avez-vous tué mon mari, dit maman très paniqué. Il ne vous a rien fait.
  _ Il ne m’a rien fait ! Il m’a péter le nez cet enfoiré.
  _ C’est bien fait, lance Caroline.
  _ Qu’est ce que vous nous voulais ? reprend maman.
  _ Donnez moi mon fils ! demande l’homme en se tenant le nez.
  _ Quoi ? répond maman avec surprise.
  _ Donner-moi mon fils ! répète l’homme.
  _ Vous rigolé, j’espère !
  _ J’ai une tête à rigoler. Allez, montez dans ma voiture. MAINTENANT !
 

Maman ouvre la porte de derrière et fait monter Caroline puis, nous faisons le tour de la voiture. Elle monte avant moi pour être, a la fois, a coté de ma sœur et de moi-même.
L’homme ferme les portes avant de s’éloigner cherché le corps de mon père. Il le met sur son épaule aussi facilement qu’un boucher porterai une cuisse de bœuf. Il revient le mettre dans le coffre avant de monter dans la voiture.
  _ Ecoutez. Donnez-moi mon fils, et je vous laisserai partir.
  _ Je ne vous laisserai prendre aucun de mes enfants ! dit Maman, apeuré.
  _ Alors vous ne me laisser pas le choix. Mettez ça !
Il nous donne à chacun un morceau de tissu provenant d’un vêtement rouge.
  _ Je ne mettrais pas ce truc sur met yeux, grogna Caroline.
  _ Je vous garantie que si vous ne lui mettez pas ce bandeau sur les yeux elle va passer un sale quart d’heure, dit-il a ma mère.
  _ C’est ça, oui ! Vous avez déjà tué mon père alors si vous me toucher, je vous tue !
L’homme sourit en secoues la tête de gauche a droite.                                                         
  _ Arrête, lui dit maman, laisse-moi te mettre ce bandeau.
 

Maman attache les bandeaux sur les yeux de ma sœur puis sur les miens. Je ne vois plus rien. L’homme met le contact et fait gronder le moteur. Une porte s’ouvre et quelqu’un sort de la voiture en courant.
  _ Caroline ! NON ! Crie Maman.
  _ Ah ! La petite garce ! Hurla l’homme
J’enlève mon bandeau. Le géant ouvre sa porte, pose un pied hors de la voiture et regarde ma sœur s’éloigner avant de remonter dans celle-ci.
  _ Tu as tort de t’enfuir, petite !
 

La voiture s’engage sur la route et avance de plus en plus vite. Maman crie encore. Caroline est renversée par la voiture. Elle passe sur le capot et le toit avant de tomber sur la route. Maman crie tellement fort qu’elle oubli de me lâcher la main, écraser sous sa colère.
  _ Nooooooooooooooooonnn ! 
Le véhicule s’immobilise brutalement.
  _ PUTAIN, MAIS VOUS ETES FOU, dit-elle en criant sur l’assassin. Pourquoi vous avez tué ma fille, je vais vous le faire payer enfoiré de merde.
  _ Ca suffit, la ferme ! répliqua-t-il.
Le tueur descend et se dirige vers l’arrière de la voiture. Maman regarde l’homme par la vitre arrière. Il ouvre le coffre. Le corps de Caroline secoue légèrement la voiture de haut en bas. Le coffre se referma soudainement. Les regards de maman et du géant se fixèrent l’un à l’autre. Elle tourne son visage rouge vers moi. Une larme glisse sur sa joue. Avec mon pouce, j’essuie cette larme. L’assassin remonte dans la voiture. Ma mère se tourne vers lui.       
  _ Pourquoi vous l’avait renversez, elle n’a juste fait que de s’enfuir. Tout le monde ferait ça dans ce cas, vous ne croyait pas ?         
  _ Je ne crois pas non, confit-il. Je vous est dis a vous et a vos enfants de rester tranquille. Votre fille s’est enfui, t’en pis pour elle.
  _ Vous savez qu’elle âge elle a ? hurla maman. Elle a onze ans. Onze ans. Dés que je trouverai le bon moment, je vengerai ma fille et mon mari en vous tuant de mes propres mains.
  _ C’est ça ! Gloussa-t-il.
 

Le véhicule avance. Maman me prend de nouveau la main. Je regarde par la fenêtre. Quelques instants plus tard la voiture tourna à droite, sur une route perpendiculaire à celle où nous étions.
  _ Vous nous emmener où ? lui demande maman.
  _ Silence, lui ordonne-t-il. Vous le verrez bien assez tôt.
  _ Mais…
  _ Silence !



Où est l'horreur dans tout ça me dirait vous ? Nul part.  Alors pourquoi tu-t-ils ses personnages-là ? Bien sur, il y a une réponse, mais elle sera plus tard.....


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Mar 18 Nov - 16:27 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Cimetière de l'horreur Index du Forum -> La tombe -> Les contes de la crypte Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB Fr © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Template RedBlack crée par SoSo : SoSophpBB

Reproduction INTERDITE